Se dire qu’on a le temps…de vivre.


“Je ne voulais pas que ma vie soit réglée d’avance ou décidée par d’autres. Si à six heures du matin j’avais envie de faire l’amour, je voulais prendre le temps de le faire sans regarder ma montre. Je voulais vivre sans heure, considérant que la première contrainte de l’homme a vu le jour à l’instant où il s’est mis à calculer le temps. Toutes les phrases usuelles de la vie courante me résonnaient dans la tête… Pas le temps de… ! Arriver à temps… ! Gagner du temps… ! Perdre son temps… ! Moi, je voulais “avoir le temps de vivre” et la seule façon d’y arriver était de ne pas en être l’esclave. Je savais l’irrationalisme de ma théorie, qui était inapplicable pour fonder une société. Mais qu’était-elle, cette société, avec ses beaux principes et ses lois ?”
— Jacques Mesrine

Changer de vie c’est aussi couper avec le rythme effréné  de la vi(ll)e, ce rythme qui voudrait qu’avant même que le feu soit passé au vert on ai déjà le pied sur l’accélérateur prêt à faire vrombir la voiture, la main sur le klaxon, des fois que la voiture devant n’avancerai pas assez vite. C’est ainsi que les gens vivent, ainsi que j’ai toujours refusé de vivre. Prendre le temps c’est avoir la possibilité d’observer la nature, même en ville quand les gens sont affairés à se rendre au boulot le portable déjà rivé à l’oreille.

Qu’est-ce que 5 minutes de temps en plus sur un trajet quand celui-ci permet de découvrir un petit oiseau entrain de vous observer ou encore de chanter, un rat occupé à récupérer ce que les humains ont pu laisser, un couple de pigeons entrain de s’aimer, une mouette en plein repas… Vous les critiquez ces animaux, ces « nuisibles » comme vous les appelez, mais eux, ils vous montrent comment prendre le temps, ils vous montrent la vie, leur vie.

L’humain citadin ne vit pas, il court sans s’arrêter pensant bêtement qu’il aura le temps de prendre le temps à la retraite – si elle arrive un jour -. Sa vie est rythmée par des plages horaires qu’il se doit de respecter, du réveil au couché. Il n’y a pas de place pour l’improvisation, même les vacances sont réglés au millimètre, préparées, réservées et calculées. Le repas du midi doit-être expédié en un temps dictée par une entreprise qui vous décomptera les minutes prise en plus. Chaque retard sera décompté de la journée et devra être rattrapé, chaque vacance aura un début et une fin précise. Tout est organisé, planifié même les repas de la semaine, l’heure de la douche, des devoirs, du couché…

Apprendre à vivre c’est casser tout ces mauvais schémas qui font que vous ne prenez plus le temps d’observer ou simplement d’oublier que l’aiguille de l’horloge tourne. Nous vivons avec nos ordinateurs, nos tablettes, nos téléphones qui nous rappellent en permanence quel jour on est où encore l’heure qu’il est. Nous savons à l’avance nos journées, nos calendriers sont remplis de rendez-vous plus ou moins important et quant une grève surviens votre monde s’écroule.

J’aurai pu dire « notre » mais il n’en est rien dans mon cas car j’ai toujours rit de vous, rit de vos saut d’humeur à la vue d’un énième problème sur un train ou un métro. En Allemagne j’ai vu des gens rire d’avoir loupé leur tram, disant que ce n’est pas grave, ils attendraient le prochain, lequel était 10 minutes plus tard. Ici à Paris vous courrez et bousculez les gens pour être sur de sauter dans le métro avant que les portes ne se ferment et si par malheur elles vous claquent au nez vous vous énervez quand le suivant est deux minutes après.

Mesrine avait tout compris au temps, il avait compris qu’on en était l’esclave et qu’il fallait s’en libérer, vivre pour soi et non pour la société, un boulot, une personne et encore moins pour une unité de mesure appelé « temps ». On peut ne pas être d’accord avec son choix de vie, mais il aura été au bout de ses convictions, au bout de ce qu’il était et cette citation reflète tout ce que je pense et la façon dont je veux vivre : ne pas être tributaire du temps, prendre le temps de vivre et oublier qu’il existe.

Arrêtez-vous, prenez le temps d’observer autour de vous, prenez conscience de cette folie qui vous entoure, qui fait partie de vous. Et changez, changez pour  votre propre survie !

 

You may also like

LEAVE A COMMENT

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.